La vie brève |

533. Perdu de vue

mardi 15 février 2011

L’âme profonde de Berthe était pour Georges un labyrinthe compliqué avec des chausses-trappes, des portes dérobées, des murs coulissants, des pièges insondables et même des sables mouvants…
Il s’y égarait souvent par curiosité, mais ce jour là, il renonça définitivement à en sortir.

Mots-clefs : , , , , , ,

Un commentaire sur “533. Perdu de vue”

  1. Daniel Maja dit :

    Janine Kotwica scripsit: 533 – Saepe Bertha variat : insanissimus Georgius qui ei fidet.

Laisser une réponse