La vie brève |

1000. I remember

lundi 15 juin 2020


Je me souviens que c’est le 14 février 2008 que j’ai commencé ce blog…
Je me souviens qu’il n’avait pas de titre et que je ne savais pas où j’allais…
Je me souviens que Pushu le chat, était là et qu’on ne savait pas qu’il était si malade…
Je me souviens que le dessin fait, je ne savais quelle légende mettre…
Je me souviens que les mots pesaient des tonnes…
Je me souviens que le ciel était gris et que les mouettes tournoyaient parce que c’était la fin du marché…
Je me souviens avoir noté tout cela sur un carnet: la météorologie du jour, la température, l’heure et mes résolutions, mais je ne me souviens pas où je l’ai mis…


Voilà ce que j’écrivais le 5 avril 2009 pour la 365ème publication d’ « Au jour le jour » devenue ensuite La Vie Brève.


Je ne me souviens pas avoir pensé que je publierai 1000 Vies brèves.
Je me souviens que j’ai décidé, un jour, de publier LVB sur Facebook
Je me souviens qu’on m’annonça ma mort, un soir de la semaine dernière, et que c’est une curieuse impression que de survivre.
Je me souviens avoir publié un hommage à nos amis de quarante ans, Philippe Honoré et Michel Renaud assassinés lors de l’attentat à Charlie- Hebdo le 7 janvier 2015
Je me souviens aussi de l’hommage à Alain Hervé, mon mentor depuis « Le Sauvage » et notre ami, après qu’il nous eut quitté en mai 2019
Je me souviens qu’un jour, Georges est venu squatter la Vie Brève et qu’il y est resté
Je me souviens qu’Ewa lisait les légendes, appréciait les dessins et me donnait l’imprimatur
Je me souviens que notre amie Janine Kotwica faisait ses commentaires en latin et que j’ai du acheter un dictionnaire latin/français
Je me souviens des commentaires plein de drôlerie et malice de l’ami Yves Robert qui, un temps, pris aussi la mode latine
Je me souviens qu’en 2006, James Tanay nous initia aux arcanes et Mystères de l’informatique, alors que nous n’avions jamais touché un clavier, même de machine à écrire
Je me souviens de tous les messages d’amitiés reçus lors des parutions de la Vie Brève durant ces années, en en remerciant les auteurs.

8 commentaires sur “1000. I remember”

  1. Thibouméry dit :

    C’est une vraie œuvre. Tu as mis dans le mille des le premier dessin de la vie brève.
    C’est devenu un rendez-vous quasi quotidien et je ne peux plus m’en passer !
    C’est impossible que la vie brève s’arrête. Alors j’attends tout fébrilement le 1001 .,,
    Merci Daniel et Ewa pour tous ces petits bonheurs. La vie brève aide à vivre.
    C’est important.
    Amitiés et au plaisir de te suivre.
    Antoine.

  2. Marc Roger dit :

    Longue vie à La vie brève en espérant une édition papier pour le plaisir de toucher le temps qui passe si subtilement en compagnie de Georges.
    Amitiés, Marc et Corinne

  3. fontaine janine dit :

    Félicitations et un « je me souviens » très beau et émouvant.

    Affectueusement à vous deux.

    Janine

    Départ demain dans le SUD !

  4. yro dit :

    Cela fait donc un bail que La vie brève percole mon quotidien. Ordinairement le matin (mais il y a des grasses matinées) son jus fumant s’écoule de mon ordinateut, machine notoirement incapable pourtant de faire du café passable, et à l’intelligence très artificielle et limitée. Et soudain cet engin balourd distille un nectar surprenant, chaleureux et tonique, à nous faire sortir du lit avec le sourire un 11 novembre..
    C’est que le produit de ce curieux médium, soudain guéri par miracle de son bégaiement ordinaire, est ici un langage, et même une langue, à la fois non verbale et chatoyante de mille couleurs littéraires. A la souplesse liquide du dessin, à la fluidité de ses traits savants et spontanés, est mêlée intimement, quasi dissoute, la fine mouture des mots des meilleurs crus, fleurant bon les plus subtiles fragrances conceptuelles. Qu’on le boive allongé ou serré (sans toujours respecter la distanciation sociale, autant l’avouer), ce breuvage est toujours un bonheur de légèreté et de profondeur, le meilleur expresso du web.
    En ce jour, 15 juin 2029. où nos princes protecteurs ont décrété la réouverture des bars et tavernes, je veux assurer nos héroïques tabellions, Ewa et Daniel, de mon admiration et de ma reconnaissance de nous l’avoir toujours servi avec générosité, gratuité, génie et abnégation.

  5. yro dit :

    Erratum : 15 juin 2020…

  6. Daniel Trouillot dit :

    Je me souviens que nous nous sommes rencontrés à l’École Estienne en 1962
    Je me souviens que j’étais perdu comme un indien d’Amazonie place de l’Opéra.
    Je me souviens que d’avoir remarqué un certain Daniel Maja.
    Et nos chemins de vie se sont séparés.
    Je me souviens d’avoir vu une de tes illustrations en tête de Time To Philo.
    Je me souviens que nous nous sommes revus avec joie.
    Nos univers de pensée sont différents, mais ils se recoupent pourtant largement.
    Tes brèves sont une drogue dure. Rapidement, on ne peut plus s’en passer !
    Ne nous laisse pas en manque.
    Merci Daniel et aussi Ewa.
    Daniel.

  7. Elvyre dit :

    Je n’oublierai pas le petit bonheur des jours où je trouvais La Vie Brève au milieu du flot des mails sans saveur…
    Je n’oublierai pas le moment de jubilation à la découverte d’un nouveau dessin et de son texte imprévisible…
    Je n’oublierai pas d’avoir été souvent emportée au-dessus de la banalité du quotidien par la fantaisie savante et la fantasmagorie cocasse de ces billets…
    Je n’oublierai pas les liens d’amitié noués avec Georges et notre compagnonnage au fil des jours…
    Je n’oublierai pas que j’ai voulu cent fois dire ma gratitude pour ces messages légers et profonds et qu’il en a fallu mille pour que je le fasse !…
    Et enfin je n’oublie pas de garder l’espoir de ne pas rester sans mots et sans images dans le paysage désolé de … La Vie Longue …

  8. Walther Fekl dit :

    Merci pour ces 1000 petites merveilles (pourqoi « petites » d’ailleurs?) du passé, en attendant avec impatience et joie, avec « Vorfreude », la 1001ème et tant d’autres à venir
    Walther et Laurette

Laisser une réponse