La vie brève |

968. Nous n’irons plus au bois…

lundi 6 avril 2020
lls ont fermé le bois de Vincennes, ils l’ont libéré des hommes, il va pouvoir se réensauvager, les ronces, les orties, les jacinthes, les herbes folles, les buissons sont en fleurs. Nous, on reste en lisière, on observe un pic épeiche qui martèle en cadence un tronc sans branche, avec juste au faite un plumeau de feuilles, des perruches qui piaillent en se poursuivant…
Nous n’irons plus au rendez-vous de la corneille et de son rejeton criailleur, à qui elle engouffrait dans le bec les morceaux de gras de jambon et de pain que nous lui donnions. 
Corneille, il ne faut pas te fier aux humains, leurs règles changent, nous n’étions pas les seuls à t’offrir des extras, nous t’avons vu près d’une jeune fille qui partageait son repas avec toi, tu es pragmatique, un brin opportuniste, avec des fidélités multiples, tu vis, simplement.
Le bois est fermé, le bois des Henri Calet et Hardellet, le bois des amours et des consolations tarifées, des rencontres cachées, des naturistes d’été et des marcheurs nordiques.
Nous allions autrefois cueillir des feuilles de ronces pour nourrir les phasmes que nous élevions dans une caisse près du radiateur, ils ont squatté l’appartement, on les trouvait sur les rideaux, les serviettes, les kilims, et puis les têtards dans la baignoire, devenus grenouilles, nous les mîmes à la rivière. Il y a plus d’un demi-siècle de cela…

2 commentaires sur “968. Nous n’irons plus au bois…”

  1. Antoine Thibouméry dit :

    Daniel,

    Dès que le confinement aura permit de retourner dans les bois, je t’invite avec Ewa à faire un tour dans les miens … Ils sont impatients de nous revoir !
    Amitiés à vous deux.
    Antoine

  2. yro dit :

    – « Ils » l’ont fermé? Qui sont-« ils », papa?
    – Des super-papas, mon enfant, soucieux de ta santé physique et morale de petit citoyen irresponsable. Tu seras beaucoup mieux pendant ce radieux printemps dans notre petit logement sans soleil et, une heure par jour, pas plus, dans les rues sans arbres que dans le bois.
    – Heureusement qu’on habite pas en Allemagne ou en Suède. Ils les ont même pas fermés, eux, les bois. Et on peut même y faire du vélo!
    – Non? Des barbares mon enfant!

Laisser une réponse