La vie brève |

966. Les sardines de l’Alfama

mardi 31 mars 2020
Dans le hall de l’immeuble, de nouveaux avis péremptoires du syndic et des Autorités.
De la loge de la gardienne, des effluves de sardines grillées (et je suis à Lisbonne , quartier de l’Alfama) des sardines? le dernier poissonnier a tiré son rideau, des sardines pourtant, grésillement de l’huile dans la poêle, des orgies de sardines…
La promenade du chien, brève, mais encore autorisée, sous les regards discrètement inquisiteurs des voisins et de ceux, langoureux, insistants mais platoniques de Berthe, Berthe aux cyclamens fuchsia, Berthe aux trèfles roses, Berthe aux primevères violettes, Berthe muse énigmatique….
Le chien a flairé la venue d’un vieil ami, mais pas d’approche, 2m et encore;
Ils viennent d’interdire quelques zones du bois de Vincennes, pour quand la totalité?

4 commentaires sur “966. Les sardines de l’Alfama”

  1. Quand le Bois de Vincennes sera interdit, tu pourras toujours rêver à Berthe aux cyclamens roses…

  2. cerisier-struk dit :

    Hier entre 2àh et 21h, ai réussi à faire à belle allure le tour du lac Daumesnil . Ai croisé quelques confinés, de sortie comme moi . Des oies sur la pelouse m’ont saluée sans s’approcher … Avaient-elles lu les directives ?

  3. Bruno Rigotard dit :

    L’Alfama à Barcelone ? Mon sang de portugais adoptif ne fait qu’un tour : il n’y a qu’un Alfama, celui de Lisbone, fleurant la sardine, certes, et aussi répandant le fado à portes ouvertes…Heureuse terre!
    Mais cela n’a finalement que peu d’importance. Si l’on sent l’odeur de la sardine (qui s’exporte effectivement difficilement hors du Portugal), c’est que le virus n’a pas encore frappé, car l’anosmie est l’ un des premiers symptômes de la maladie…

  4. Daniel Trouillot dit :

    Images, odeurs, saveurs. Une perception. Et soudain nos neurones s’excitent, se transmettent des messages et notre cerveau reconstruit un instant délicieux ou terrible de notre histoire.

Laisser une réponse