La vie brève |

965. Montaigne (X)

jeudi 26 mars 2020
 » Que philosopher, c’est apprendre à mourir »
 » Je veux que la mort me trouve en train de planter mes choux, mais insoucieux d’elle et encore plus de mon jardin inachevé »
Essais (I. XX)

3 commentaires sur “965. Montaigne (X)”

  1. yro dit :

    « Planter mes choux »? Métaphore?
    (Créer de la vie en tout cas – comme si de rien n’était ou plutôt n’étais !).

  2. Teisson Janine dit :

    Cher Daniel Maja, on sait que Montaigne a compris que la philosophie ne sert en rien à apprendre à mourir, car cela ne s’apprend pas. Comme l’a dit Kundera, il n’y a pas de brouillon, alors, oui, faisons de notre mieux et plantons nos choux tranquillement.
    Je viens de perdre l’homme que j’aime, à Milan. Le 20 mars. Heureusement, il disait, comme Colette : « La mort ne m’intéresse pas. La mienne non plus. » Et il a vécu tout ce que la vie lui a donné.
    J’espère que vous allez bien ainsi que vos proches.
    Amicalement
    Janine

  3. Daniel Trouillot dit :

    En fait, point n’est besoin d’apprendre à mourir. Même le plus parfait imbécile parvient à mourir. La difficulté est d’être prêt à mourir à chaque instant et de ne pas s’en soucier !

Laisser une réponse