La vie brève |

660. D’un oncle l’autre…

jeudi 28 février 2013


L’autre grand-oncle Hadrien était un poète de plein-air, libraire et colporteur qui ( à l’instar de l’ami Marc Roger, lecteur public et péripatéticien qui marcha, âne au coté, de Saint-Malo à Bamako* ) partit devant lui, s’arrêtant à la fortune du lit. C’était un chasseur d’aphorismes, de proverbes et de sentences exotiques. Il les consignait dans de petits recueils. Il les brula, un soir dans un caravansérail, pour réchauffer des nomades frigorifiés qui partaient pour la route de la soie. Puis la mémoire pleine, il fit voeu de silence.
Il revint un 28 février en Champagne et se consacra à l’élevage de lapins angoras, pour la beauté.
Il était médaillé militaire.

* Marc Roger a raconté son voyage dans son beau livre  » La Méridienne » (éditions folies d’encre & merle moqueur)

Mots-clefs : , , , ,

4 commentaires sur “660. D’un oncle l’autre…”

  1. Yro dit :

    Et le neveu, dessinateur pérégrin, voyage porté par une plume…

  2. kotwica dit :

    Andreas Franciscus duo avunculos « Armandum » habebat. Alter vorax erat. Unus, gigas, Penates reliquit et Circum comitatur. Gladios sorbebat…

  3. kotwica dit :

    Pardon : « duos avunculos »!

  4. Yro dit :

    Aphorismes avunculaires picards-champenois. De l’un (in petto) : angora lapin qu’i z’auront pas. De l’autre (la voix étranglée) : quand yapu d’ pain, on bouffe des épées.

Laisser une réponse