La vie brève |

1010. Eléna

jeudi 7 janvier 2021
Que te dire d’Elèna?
Elle avait le génie pour les rendez-vous manqués, elle inventait quantité d’obstacles, de chausse-trappes, d’ambiguïtés.
La rejoindre était devenu une gageure, puis même une raison d’être pour la bande.
Qui serait le premier et peut-être l’unique? On tentait sa chance.
Je ne me souviens plus à quel moment on s’est lassé, l’un après l’autre, plus le goût, plus le temps, le jeu s’était usé.
La bande s’est disloquée, puis ce fut l’été…

Es-tu sûr que c’est cette Elèna là que tu as retrouvée?
Je n’en sais pas plus,
j’ai tellement navigué depuis, et loin
Alors, c’est toi qui a gagné.

5 commentaires sur “1010. Eléna”

  1. Ce dessin me trouble : c’était le prénom de ma mère…

  2. Jacques Gaïotti dit :

    Bonjour Daniel, Eva

    Je profite d’ Eléna 1010 pour vous souhaiter une bien belle année,

    de bons vœux de bonheur de sérénité, de créativité et bien sur ( comme on dit sur le marché)

    de santé ! (il ne faut pas l’oublier celle-là !).

    Si vous voyez Jean Louis, transmettez lui aussi, mes « bons » vœux… (Je n’ai pas ses coordonnées !)

    Je vous embrasse Jacques Gaïotti

  3. jeannine Teisson dit :

    J’aime beaucoup. Merci Daniel pour cette poésie en dessin et en mots!
    Amitié

  4. Daniel Trouillot dit :

    Y a-t-il un mystère féminin ? J’ai tendance à le croire. Ce n’est qu’une croyance (moins dangereuse que beaucoup d’autres) et non pas une preuve. Et parfois tellement agréable.

  5. Janina PAPUZINSKI dit :

    Et si nous étions toutes, parfois un peu/un peu plus, ou même totalement, Elena?
    En pied en l’air, juste avant de tomber du piédestal?

Laisser une réponse