La vie brève |

922. De l’autre rive

lundi 8 avril 2019
C’était la meilleure place, aux pieds du Grand Imprécateur, pour observer les allers et retours, d’une rive à l’autre, des lourds bateaux amenant et ramenant les travailleurs. De l’autre côté, les entrepôts, les bureaux, les usines et ici, la ville ancienne qui, à cette heure se réveille et s’ébroue.
Sur le débarcadère, tandis que les passagers se dispersent, il retrouve L. Ils connaissent le trajet, ils iront où tu sais, manger le ragoût de poulpes et boire l’admirable vin des collines. Le poète aveugle est déja là, au fond de la salle, plus tard, il chantera le grand Retour des Caravelles et la fin tragique de l’Amiral.

3 commentaires sur “922. De l’autre rive”

  1. Jean Perrot dit :

    Toujours la même poésie envoûtante des voyages et d’un regard neuf !
    Et on se laisse emporter !
    Et déjà le rêve nous emmène pour la journée,
    pour un nouveau départ et de nouveaux fantasmes…
    Merci Daniel…

  2. Chaboud dit :

    Le roman (oublié) de René-Victor Pihles… celui d’Antonio Lobo-Antunes… Gracq … Pratt…
    Mais non… Maja !!
    Jack

  3. Bernard Pailhès dit :

    Cher Monsieur Maja,
    Quel « long » fleuve poétique que votre vie « brève » !
    On voudrait volontiers quitter notre monde réel pour le vôtre.
    Et toujours votre perfection graphique…
    Merci
    Bernard Pailhès

Laisser une réponse