La vie brève |

672. le tao ivre

jeudi 28 mars 2013

Maurice dit Gorge-en-pente, avait converti un bout de cour banale d’un immeuble quelconque en un harmonieux jardin taoïste. Il avait médité et appliqué les propos du moine Shitao dit Citrouille amère, peintre et jardinier.

Gorge-en-pente ne lésinait ni sur le mijiu ni sur le choujiu à 20°. Il sortait de ces libations l’âme légère et les propos flous, ses interprétations du Yi king devenaient alors lumineuses et pénétrantes. Les jeunes filles en fleurs découvraient, après avoir éteint leurs iphones, la vanité des amours de papier. Plus tard, elles feraient des rêves de papillon. Ainsi va le Tao…

Mots-clefs : , , , , ,

2 commentaires sur “672. le tao ivre”

  1. kotwica dit :

    Libationes ad sericam sapientiam attingendum….Omnes viae ad Romam ducent.

  2. Yro dit :

    Hélas, aujourd’hui plus souvent les jardins zen s’empoussièrent dans les atriums de verre des immeubles de bureaux, et les jeunes filles qui passent, attachées de communication trilingues, n’éteignent jamais leurs iphones.

Laisser une réponse