La vie brève |

657. Chaliapine.

mercredi 20 février 2013


Chaliapine (c’était son pseudo), nous le fréquentions dans les années 70, nous le rencontrions aux entractes d’opéras et dans les vernissages. Il portait dans son génome les drames de tous les peuples déplacés, ruthènes, moldaves, karaïtes, vieux croyants, ballotés d’un territoire l’autre, cherchant la paix d’un répit, avant de subir un nouveau joug.
Admirable conteur, il  nous entrainait dans ces divagations fabuleuses, on en sortait tout étourdis et la nuit était passée…
Avait-il été ce komminternien impitoyable rescapé des purges staliniennes, génie de  la manipulation que certains prétendaient ? De même s’interrogeait-on sur l’origine de sa colossale fortune sur laquelle planait l’ombre de Nicolas Flamel. C’était il y a un demi siècle, on était moins sceptique alors…

Mots-clefs : , , , , , ,

2 commentaires sur “657. Chaliapine.”

  1. Yro dit :

    J’ai connu récemment un Chaliapine. Georges Chaliapine. Nous nous sommes rencontrés à l’entracte d’une projection privée d’opéra (la dernière mode)… Lui, il était originaire du sud Picardie, mais mélangeait aussi avec grand art la fiction et la réalité.

  2. kotwica dit :

    Chaliapinas! Mirabilis narrator? Barbarus cantor? Certe…
    Stalinianus Komminternianus? Interlopus manipulator? Incredibile!

Laisser une réponse