La vie brève |

592. la barbichette

dimanche 15 janvier 2012


Georges dit: « Le monde est une grande barbichette, tout se tient. AAA = mc2 . »
Sur le Cours de Vincennes où se tenait aux temps naïfs, la Foire au Cochon d’épices dite Foire du Trône, entre la sirène barbue et l’Assiette au beurre, près des catcheurs masqués et  des motos du Cirque infernal, il y avait une petite baraque avec une estrade rouge, là, des candidats se tenaient la « barbichette » le plus longtemps possible, sans pouffer, on recrutait des conscrits  montés à Paris pour les « trois jours », on les faisait boire un peu, un pitre les moquait, ils étaient les premiers à en rire, alors on leur imposait des gages grotesques parfois cruels, souvent humiliants, l’assistance jubilait grassement, eux repartaient, heureux de cette gloire éphémère jusqu’à la buvette, où des voyous aux aguets leur paieraient un coup…

Mots-clefs : , , , , , , ,

3 commentaires sur “592. la barbichette”

  1. Merci Daniel Maja pour vos beaux et sympathiques envois. A mon tour, je vous souhaite une très bonne année 2012 : inspiration renouvelée dans les deux arts qui sont les vôtres.

    Je profite d de ce message pour vous demander si vous accepteriez un partenariat avec mon blog.
    Sentez-vous totalement libre de votre réponse.

    De toute façon, à bientôt sur le Web.
    Bien cordialement,

    Annie Chalon.

  2. Kotwica dit :

    Cur ante montem igninomum?

  3. yro dit :

    Réponse à Kotwica : Cur non sky (en anglo-latin de cuisine bourgeoise)?

    Par ailleurs, je soumets à l’artiste ce commentaire trouvé dans l’étude « Daniel Maja, le décalogue du décalage » – discutable quant à ses présupposés ontologiques mais dont l’auteur parait très au parfum de l’oeuvre de D.M.):
    « La barbichette : outre l’habituelle fusion d’une ipséité délibérément subsumée et d’une hiéroglyphie subtilement paradigmatique, cet envoi présente une figure primaire de la diégèse métagraphique majienne: le chiasme spatio-temporel ». Oui. On ne peut pas dire mieux.

Laisser une réponse