La vie brève |

320. Les malheurs du soufi

jeudi 19 février 2009

Depuis quelque temps, le derviche sentait très bien que ça ne tournait plus rond et que le Monde perdait la boule…

L’éternel conflit entre dextrogyres et sénestrogyres, sans compter ceux qui gyraient en tous sens, les anarchogyres et les gyrovagues…

Il songeait avec pitié à cet animal, un dindon ou une chèvre, peut-être un caniche, à qui l’ on avait appris à reconnaître un cercle et que l’on récompensait par de la nourrriture, mort de faim et de folie devant une éllipse…

Les commentaires sont fermés.