La vie brève |

261. Arcadie

dimanche 14 décembre 2008

Une île que je connais où la vie s’écoule comme au Jardin d’Epicure…

Sur les gradins qui surplombent la piscine, d’où la vue s’étend à l’infini sur la mer, on y lit, on rêve, on contemple en silence…

Le soir, on y chante, on récite des poèmes au son des flûtes et du oud, on y parle en toute innocence… les mouettes, elles, se taisent…

Tout au bout de la terrasse, on a converti un ancien poulailler en ermitage, cabinet de lecture et de méditation, l’ombre d’un grand figuier donne le frais… C’est là-bas que face à la mer, j’ai lu presque d’une traite “Au dessous du volcan” auparavant, je n’avais pas dépassé la page 140..

Les commentaires sont fermés.