La vie brève |

167. Léda

mardi 9 septembre 2008

Madame Léda s’ennuyait ferme. Son mari, éditeur et armateur grec très jaloux, la tenait enfermée dans sa chambre de sa somptueuse villa de Sparte…

Le serviteur marocain qui la surveillait lui préparait des plats crétois et des salades méditerranéennes (coriandre, thym frais, roquette, tomates-cerises, fromage de brebis au paprika…) parfois il lui chantait des rébétikas languides et mélancoliques en s’accompagnant du oud ou du bouzouki…

Quand Tyndare, son mari, rentrait du boulot, elle était en beauté, ils allaient alors à “ la Taverne de Zeus”… là, elle lui lisait toutes les histoires qu’elle avait inventées et notées dans son journal…
Il l’édita et comme il avait des relations, elle eût plusieurs prix littéraires…

Sa carrière s’arrêta là… car  Tyndare tomba amoureux d’une stagiaire assez vulgaire du service import-export.

Plus de chambre close, plus de journal, Léda libérée, ne s’ennuya plus jamais…

Le marocain devint Chef de cuisine à la Taverne…

Les commentaires sont fermés.