La vie brève |

93. Un peu d’oxygène

vendredi 9 mai 2008

Et puis, vint le temps où nous pûmes les sortir sur les bords du canal, je ne dirai pas leur joie, ils furetaient, se roulaient dans les herbes, se vautrèrent même dans un parterre de jacinthes sauvages, nous avons, en cachette, cueilli les plus abîmées, la sève filante poissait les doigts…

Autrefois, ici même, Annie avait amarré sa péniche, et  nous avions dessiné les peupliers dans cette fin d’après-midi…

Les commentaires sont fermés.