La vie brève |

986. La dernière figure

samedi 9 mai 2020
Durant ce long intermède confinementiel, Georges s’était remis au jeu de ficelle; c’était une source prodigieuse de créativité et de réflexion, ce jeu antique et philosophique, par les figures symboliques de la Libellule, de l’Etoile à 5 ou 7 branches, de l’Oeil du chat, du Circonflexe ou de la Carembouille développe l’agilité de l’Esprit et apaise les âmes troublées.
Georges avait presque atteint le degré ultime, où les combinaisons, les géométries décrivent selon Athanasius Breitenbach les structures musicales de l’Univers, il ne lui restait à combiner que cette figure, l’Unique, et le temps était compté.
Et si, par maladresse, manque de concentration, comme l’aile de papillon qui déclenche des tsunamis, il foutait Tout en l’air, le matin du 11mai.

4 commentaires sur “986. La dernière figure”

  1. Ce qui me ramène à « Cat’s cradle » de l’inestimable Kurt Vonnegut Jr. Merci. Je vais le relire. JP

  2. Perrot Jean dit :

    L’érudition de Daniel Maja est éblouissante, comme d’habitude !

  3. hubert dit :

    cela me rappelle les echeveaux de laine que ma mère nous faisait tenir pendant des heures infinies afin de rouler sa pelote sisyphienne qui deviendrait un tricot pour mes frères et sœurs.
    Encore fallait il sans doute déméler l’echeveau de l’intrigue !!!!!!

  4. Daniel TROUILLOT dit :

    Daniel nous « parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître ». Nous avions le temps de nous ennuyer, de rêver et finalement de découvrir la poésie. Mais qui lit encore des poèmes aujourd’hui ?

Laisser une réponse