La vie brève |

926. L’ ermite en ballade

lundi 22 avril 2019
L’ermite sortit de sa tanière, il avait dormi très longtemps. Maintenant, il fallait dégourdir le corps, accorder ses muscles et ses nerfs, dégraisser l’esprit, l’hibernation avait été longue. Il but et se lava à la source. Il se fit un repas d’herbes et de racines, mit son froc et partit pour le village.
Les insectes bourdonnaient, l’air était embaumé, les sauterelles devançaient ses pas.
Le bistro était en face de l’église, les retraités en étaient déja à leur troisième blansec, il trinqua avec eux, mangea un oeuf dur avec du sel, se fit raconter les derniers mois, les vieux se contredisaient, les histoires s’emberlificotaient dans des détails incongrus, les langues devenaient pâteuses.
Il passa à la Caisse d’épargne où était versée sa retraite d’une ancienne vie, puis acheta ses provisions. Sur le chemin de retour, il passerait chez G. , lui aussi avait du se réveiller, ils fêteraient le printemps neuf en buvant du vin de pêche au gingembre, ils seraient des dieux.

3 commentaires sur “926. L’ ermite en ballade”

  1. yro dit :

    Gloria in excelsis jubilante retirato.

  2. Daniel Trouillot dit :

    L’ermite sortit de sa tanière, il avait dormi très longtemps. Maintenant, il fallait dégourdir le corps, accorder ses muscles et ses nerfs, dégraisser l’esprit, l’hibernation avait été longue. Il voulut se laver, mais la source était tarie.Tout autour l’herbe était brûlée. Il se précipita vers le village : désert ! Dans le bistro vide, il passa derrière le comptoir et contre tous ses principes, il se versa et but un cognac. À ce moment G entra dans le bistro. Il était livide. L’ermite sentit les larmes qui coullaient sur ses joues. Il était plein de sagesse, il fallait maintenant qu’il soit lucide, alors il entrerait dans sa seconde vie. Il décida de trouver François Juillien

  3. beylier dit :

    Son avenir est devant lui à condition de ne pas se retourner.

Laisser une réponse