La vie brève |

916. La langue des oiseaux

lundi 11 mars 2019
Le hasard d’un voyage d’agrément m’avait amené près de Konya. Mon Hôte d’alors me fit comprendre qu’un évènement important allait advenir. Un concert ornithologique devait avoir lieu à l’écart de la ville. C’est là que je fis la connaissance de Mehmet, il était attendu par l’assemblée dont je sus plus tard être composée de soufis. Il apparut comme un prince, des aides portaient des cages. Puis ce fut, aux dires des initiés une « Conférence des Oiseaux », tour à tour chantèrent la Huppe fasciée, les canaris, les rossignols, des perroquets récitèrent des poèmes, un paon blanc brailla. Je ne sait si le Simurgh entendit leurs appels, peut-être même vint-il au cours de la nuit…
Le lendemain, Mehmet m’accorda une entrevue, il était descendant des Sabbatéens, ces juifs qui s’étaient convertis à l’Islam à l’instar de leur Prophète Sabbatai Tsevi au 17ème siécle, il appartenait aussi à une confrérie soufi. Sa conversation était à la fois profonde et moqueuse, alternaient des vers de Rûmî et des histoires de Nasreddin.
De l’eau fraiche, des baklavas, des tchourtchkhelas aux noix, et cet admirable ayva tatlisi aux coings, le Paradis…


6 commentaires sur “916. La langue des oiseaux”

  1. Annie Quesnel dit :

    Le dessin plus le texte ! Un petit goût de paradis. Et encore je n’ai jamais goûté l’ayva tatlisi aux coings …

  2. Maurice KRUK dit :

    Ah le coing en bouche , l’extase….infime….

  3. Daniel TROUILLOT dit :

    Instants où le temps semble être suspendu.

  4. Avec les compliments de Papageno!

  5. yro dit :

    Joli prélude à un déjeuner-concert d’oiseaux …
    Futur (?)

  6. Chaboud dit :

    Konya, un petit coing de paradis pour des oiseaux moqueurs et des troglodytes mignons.

Laisser une réponse