La vie brève |

666. La classe

samedi 16 mars 2013

Georges ne pouvait s’expliquer comment les B., ce couple citadin au snobisme exacerbé, aux mondanités si sélectives, au souci de l’opinion si tatillonesque, en était venu à la félicité de nourrir des oies bornées et des canards lubriques barbottant dans la boue fangeuse d’une basse-cour champenoise.
C’était là le Mystère trouble et insondable de l’Âme humaine et des virages en épingle à cheveux du Destin que Georges, vu son âge, se garda bien de résoudre.
Cependant, il dut convenir que les rillettes étaient fameuses et le magret fumé divin. Les B. avaient gardé la classe.

Un commentaire sur “666. La classe”

  1. kotwica dit :

    Tamen Georgius Zarbiae gallinas non vidit…Superclassis!

Laisser une réponse