La vie brève |

645. Les zombres

vendredi 9 novembre 2012


Les nuits de novembre, on grimpait cette rue, souffle court. on longeait les terrains vagues aux clôtures de planches.
Des affiches bariolées appelaient à la révolte, d’autres à des rencontres équivoques.
Là-haut, au 85, couloir de droite, les boites à lettres déglinguées, l’atelier de Mardig dans la cour, les branches du marronnier blanches de fientes, et la voix sombre de Gaïanée qui convoquait les zombres…

Un commentaire sur “645. Les zombres”

  1. kotwica dit :

    Zumbram suam metuere…

Laisser une réponse