La vie brève |

444. Un passeur

lundi 5 octobre 2009

Comme il avait l’échine souple, il fit le pont. C’était un homme de consensus: une situation semblait bloquée, il jetait des passerelles, des antagonismes surgissaient, il n’avait de cesse de les domestiquer. N’ayant nulle conviction, il était de l’avis de tous, c’était un caméléon sceptique et débonnaire…

Mais les temps ont changé, les opinions se raidissent, les certitudes se fossilisent, on élève des murs infranchissables, on creuse des tranchées, on coupe les ponts… Devenu inutile, G. est passé sur l’autre rive…

Les commentaires sont fermés.