La vie brève |

295. Croquet

dimanche 25 janvier 2009

Son “Rosebud”, c’était le croquet, celui de l’enfance protégée…
Ophélie, sa petite fille le laissait gagner, c’était une demoiselle rêveuse, tranquille, aux sentiments cachés…

Il avait été autrefois un autocrate brutal et cupide, un entrepreneur audacieux et visionnaire. Il était admiré, il était envié, il était craint, il était détesté…

C’était un joueur d’exception, rusé et impitoyable… On lui devait des carrières fulgurantes et des ruines humiliantes…

Ophélie écoutait les chocs secs du maillet sur la boule de buis, elle la regarda passer sous les arceaux et songea que peut-être, c’était les coups du destin qu’elle avait entendus…

Les commentaires sont fermés.