La vie brève |

256. on peut pas tout dire…

lundi 8 décembre 2008

Le cabanon d’origine était devenu villa cossue. Parfois à la pointe de l’île, des petites baleines bleues passaient et par un phénomène optique mystérieux à mon entendement, d’ici, on pouvait observer les côtes d’Afrique.

Georges s’y était installé à son retour de là-bas, il avait noué des amitiés utiles et son appartenance à des sociétés de pensée, caritatives et d’influence lui conférait une position inexpugnable (croyait-il) Jusqu’à ce fameux jour où !  Pourquoi en dire plus…

La villa fut vendue (bradée plutôt) à un entrepreneur BTP qui la défigura.

Georges s’exila, maintenant il rédige ses Mémoires.

Je lui ai dit : “Georges, ils te surveillent, ça finira mal”

Il sourit, je suis sur qu’il a déjà allumé la mèche…

Les commentaires sont fermés.