La vie brève |

252. Concert inattendu

jeudi 4 décembre 2008

Tandis que les jets d’eau des fontaines romantiques s’élançaient dans l’air d’automne, l’automate- violoniste relégué depuis des lustres au fond du parc fut remis en marche, l’orgue à eau joua un viril “Sambre et Meuse” puis un divertissement aigrelet et charmant qui pouvait évoquer la quatrième Barcarolle de Fauré, surtout vers la fin…

Alors Janine (dont c’était l’anniversaire) se mit à chanter:

D’abord un filet très pur, des volutes gracieuses, puis la voix s’amplifia, emplit le parc de sonorités mordorées et orientales…

Et dans le silence qui suivit, les dernières feuilles mortes tombèrent, virevoltant avec grâce…

Les commentaires sont fermés.