La vie brève |

245. Godin mit uns

jeudi 27 novembre 2008

Depuis la mi-novembre, nous avions repris auprès du Godin vrombissant d’ardeur, nos songes fumeux et méditations floues…

Des longs silences de brume, émergeaient soudain des paroles incongrues. Parfois le Professeur, Pulcinella ou moi même piquions du nez de bien-être. L’un de nous, au sortir d’une plongée dans ses idées-vagues, se levait et allait dans la cour fendre quelques bûches…

Venait enfin l’heure du plaisir bachique et de l’andouillette à la ficelle/purée de pommes “Canada”.  La philosophie avait creusé les ventres, celui du Professeur gargouillait d’impatience…

Béni soit Jean-Baptiste André Godin, ses poêles et son Familistère…

Les commentaires sont fermés.