La vie brève |

226. Anamorphoses

samedi 8 novembre 2008

Dans le hall de l’immeuble où nous habitions alors, se faisaient face deux immenses miroirs qui ouvraient des perspectives infinies avec des multitudes de clones…Ils étiraient les silhouettes vers le haut à la manière du Greco, j’imaginai le monde des adultes ainsi, des géants à tête de jivaro. C’était juste et prophétique… j’ai pu le vérifier!

Les anamorphoses mènent à la morosité philosophique, ces égos-ventres gonflés comme des outres, ces jambes d’échassier malingres, ces têtes réduites, ces  corps compressés, ce délire des grandeurs…

Illusoires illusions…

Les commentaires sont fermés.