La vie brève |

115. Walkyrie

jeudi 17 juillet 2008

Le Maître de chant germanique avait amené Alice jusqu’au contre-ut, son filet de voix était devenu un fleuve puissant qui vous embarquait vers des contrées brumeuses, des forêts impénétrables,
où vivaient nixes, nibellungen, dragons cracheurs, nains borgnes et corbeaux albinos…

On en revenait l’âme en expansion, le regard hébété, et le goût pour les philosophies obscures…

Les commentaires sont fermés.