La vie brève |

57. Achille et la tortue

dimanche 6 avril 2008

Une rencontre (attendue, différée, un peu crainte) qui donne soudain au temps une autre densité. On ralentit, on prend soin de ce qu’on possédait de très précieux mais qu’on négligeait par force d’habitude: la capacité d’admiration, et le temps qu’il faut pour s’y livrer tout son soûl… sans réserve…

Ce matin, par la fenêtre, sur le ciel plombé, tout au bord du toit de l’immeuble d’en face, la silhouette blanche, presque trop précise d’une mouette…

Les commentaires sont fermés.